10/06/2022

Cinq filles sans importance, Robert Kolker

Cinq filles sans importance, Robert Kolker

Ecrit par Patryck Froissart 21.08.15 dans La Une LivresLes LivresCritiquesRécitsUSABelfond

Cinq filles sans importance, février 2015, trad. de l’américain par Samuel Sfez, 427 pages, 21,50 €

Ecrivain(s): Robert Kolker Edition: Belfond

Cinq filles sans importance, Robert Kolker

 

Cet ouvrage est la relation d’’un minutieux, long et opiniâtre travail d’investigation mené par l’auteur, journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, autour de la mystérieuse disparition de cinq jeunes filles, suivie, plus tard, trop tard, par la découverte de leurs cadavres, et d’un grand nombre d’autres non identifiés, sur le littoral de Long Island.

Une première grande partie du livre est consacrée à la reconstitution, par une collecte méthodique d’éléments biographiques auprès des familles, des amis et des fréquentations des victimes, du puzzle de leur trajectoire dans leur environnement social, familial, scolaire, amical, professionnel et globalement relationnel depuis leur naissance jusqu’au jour de leur disparition.

L’auteur cerne ainsi au plus près la personnalité et le statut social de chacune de ces jeunes femmes, permettant au lecteur de mettre à jour en même temps que lui un certain nombre de constantes, de points communs les concernant, et d’indices de nature à élucider les causes et les circonstances de leur fin tragique et d’émettre, au fil de l’enquête, des hypothèses sur la possibilité que les cinq crimes aient été commis par le même assassin, bien que la police dès le départ ait refusé d’envisager la question d’un tueur en série.

La seconde partie du livre retrace l’enquête à laquelle se livre l’auteur, qui situe sa démarche d’investigation dans le contexte d’une longue série de déclarations policières contradictoires et de révélations ou pseudo-révélations médiatiques au long des années ayant suivi la découverte des corps.

L’auteur dénonce la passivité et l’indifférence initiales des autorités face à l’ampleur de ces crimes, et les attribue au double fait que les cinq victimes d’une part étaient des jeunes filles issues des milieux sociaux les plus précarisés et d’autre part qu’elles pratiquaient plus ou moins régulièrement, tout en consommant, pour oublier leur propre déchéance, les produits ouvrant un éphémère accès aux paradis artificiels, la dangereuse et dégradante profession d’escortes : cinq filles sans importance.

En effet, en toile de fond de sa recherche de vérité, Kolker met à l’index le visage occulté d’une Amérique où l’importance de la personne dans l’échelle civile est uniquement déterminée par des critères socio-économiques. La mise en relief de la misère socio-psycho-familiale dans laquelle ces jeunes filles sans importance sont nées, ont grandi, puis ont évolué après leur précoce émancipation, constitue un tableau sans concession d’une société individualiste où prime la recherche effrénée, balayant toute forme de morale générale, du gain le plus rapide et le plus facile du paquet de dollars qui permettra l’immédiate acquisition des biens matériels, du plus nécessaire au plus superflu, qui donne l’illusion de gravir, ne serait-ce que pour quelque jours, quelques pauvres marches de l’échelle clinquante et miroitante de la consommation.

Dans cette quête illustrant les fameux vers de La Fontaine dans Les Animaux malades de la Peste, le journaliste dénonce ainsi l’iniquité de fait d’une démocratie pourtant historiquement fondée sur l’égalité et la justice, et nous induit à la dramatique conviction que ces filles étaient depuis leur naissance socialement inexistantes, étaient de la catégorie du non-être avant même de disparaître dans une quasi-indifférence générale. Le comble du tragique de cette scandaleuse négation de la personne est atteint lorsque l’auteur prouve que si les autorités policières s’étaient préoccupées d’enquêter dès la première disparition, les autres jeunes filles n’eussent peut-être pas connu le sort qui a été le leur…

Selon que vous serez puissant ou misérable…

 

Patryck Froissart

 

 

  • Vu : 2533

18:19 Écrit par Patryck Froissart dans Les chroniques de Patryck Froissart | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

Écrire un commentaire