29/08/2015

Déport

Déport

 

 

Quand me baise à la lèvre ta brise d'ylang,

Je renie sans regret la bise boréale

A la lippe incisive,

Morveuse.                  

 

Quand ta houle m’enroule et qu'en tes bras je tangue,

J'oublie le canal morne et le chenal étale

De la Hayne et sa rive

Fangeuse.

 

Quand palpite ta palme en l'orbe du papangue,

Je hais le hêtre hâve à la drache hivernale

Et la grive furtive,

Frileuse.

                       

Quand ta bouche hibiscus mange au miel de ma mangue,

J’exclus le spéculos, la gueuze et le maroilles

Et l’amer de l’endive

De Leuze.  

   

Quand ton nimbe s’allume au ciel de ma varangue,

J'abolis la nuit blême et l'aube sépulcrale 

De ma chambre native,

 

Houilleuse.

 

Extrait de "La Mystification" - Reproduction interdite.

20:59 Écrit par Patryck Froissart dans Biobibliographie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

Écrire un commentaire