29/08/2015

Côtelettes al berdouille

Temps de préparation : 15 minutes
Temps de cuisson : 30 minutes

Ingrédients (pour 15 personnes) :- 500 g de lard fumé
- 100 g de beurre ou margarine
- 15 côtes de porc
- 7 dl 1/2 d’eau
- 1 bouteille de vin blanc sec
thym, laurier, persilestragon
- 10 grosses échalotes
- 1 petit bocal de petits oignons blancs (+/- 300 g) 
- 1 petit bocal de cornichons (+/- 300 g) 
- 1 petit bocal de piccalilli (+/- 300 g) 
- 100 g de farine
selpoivre

 

Préparation de la recette :

Hacher le lard. Le faire rissoler dans le beurre (ou margarine). 

Y ajouter les échalotes émincées et les laisser fondre. 

Ajouter le thym, le laurier, l’estragon, le persil, le vin et une partie de l’eau. 

Laisser mijoter 15 mn. 

Délayer la farine avec le reste d’eau. 

Y ajouter le piccalilli puis verser dans la sauce. 

Ajouter les cornichons (coupés en rondelles) et les petits oignons. 

Bien mélanger et laisser encore mijoter. 

Faire cuire les côtelettes. 

Napper les côtelettes de sauce et servir avec des croquettes.

20:56 Écrit par Patryck Froissart dans Recettes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

17/05/2015

Les couilles de Suisse, plat borain

 

Desserts 

 

la Couille de Suisse (La Louvière)

2 recettes
 

 

Ingrédients :

  • 1kg de farine,
  • 4 oeufs,
  • 100g de beurre,
  • 75g de levure fraîche,
  • cassonade blonde,
  • beurre fondu.

 

Préparation :

  • Mettre la farine dans un plat, y creuser une fontaine. Délayer la levure dans un peu d'eau tiède, avec un peu de sucre. La verser dans la fontaine. Ajouter les oeufs entiers. Mélanger du bout des doigts tout en ajoutant peu à peu la farine et le beurre fondu. Quand la boule de pâte est bien homogène, couvrir et laisser lever au chaud pendant une heure.
  • Ensuite, retravailler la pâte pour confectionner des petites boules. Laisser de nouveau lever pendant une petite heure.
  • Faire bouillir de l'eau légèrement salée dans une casserole assez large. Y plonger trois ou quatre boules. Laisser cuire trois, quatre minutes, les retourner à l'aide d'une écumoire puis laisser encore cuire quelques instants. Dès qu'elles remontent à la surface, c'est cuit.
  • Servir parsemé de cassonade et arrosé de beurre fondu.


Source: Confrérie des Compagnons de la Couille de Suisse

 

la Couille de Suisse (Binche)
 

 

Temps de préparation: 60 min

 

Ingrédients pour 4 personnes:

  • 250 Grammes de farine pour pâtisserie
  • 1 oeuf entier
  • 1 peu de lait tiède
  • 1/2 cube de levure fraîche
  • 1 C. à Soupe de beurre
  • 1 pincée de sucre fin
  • 3 litres d'eau
  • 1 pincée de sel
  • 150 Grammes de beurre
  • de la cassonade brune

 

Préparation:

  • Préparez votre pâte levée: dans un récipient profond déposez la farine et faites-y un puits.
  • Ajoutez sur le pourtour du puits la pincée de sel et déposez l'oeuf entier .
  • Dans un peu de lait tiède dans lequel vous rajoutez un peu de sucre fin ,faites lever la levure.
  • Pendant ce temps, faites fondre le beurre dans le reste de lait.
  • Ajoutez le lait et le beurre fondu dans le puits tout en mélangeant du bout des doigts.
  • Terminez par le lait et la levure afin d'obtenir une belle pâte souple que vous réservez à l'abri des courants d'air ,protégé par un essuie.
  • Patientez pendant 40 minutes.
  • Au bout de ce temps faites bouillir une grande quantité d'eau additionnée d'une pincée de sel et déposez-y des petites boules de pâte deux minutes de chaque côté, égouttez-les et déposez-les sur un plat de service et renouvelez l'opération jusqu'à épuisement de votre préparation.
  • Et c'est à ce moment -là qu'intervient la dégustation: dans une assiette profonde servez 3 à 4 couilles de suisses que vous arrosez de beurre fondu et parsemez de cassonade.
  • Bonne dégustation . (dessert typique de la région de Binche).

12:58 Écrit par Patryck Froissart dans Recettes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

24/04/2015

Les bienheureux, de Patryck Froissart

Les bienheureux, de Patryck Froissart

Article dans BSC News

Lire la suite

13:42 Écrit par Patryck Froissart dans Biobibliographie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

19/03/2015

Cafougnette pa l’ ferniette

Cafougnette pa l’ ferniette

Jules mousseron

À mes trois gendres Jules, Robert et Félix

Batiss’ Boudenne, un gros bonasse,
Etot parti faire el ducasse
Dins in villach’, point lon d’ichi,
In s’ promettant bin du plaisi.

Il avot ses loqu’s des diminches, –
Capote à pans, souliers qui crinchent,
Montre au gousset, capiau findu :
Vraimint, l’ Tisse i n’ sé sintot pus.

À l’ ducasse, i fait l’ tour del plache.
I va visiter l’homm’ sauvache,
S’ fait dir’ l’av’nir, tourne à qu’vaux d’ bos,
À bilanchoir’ monte el pus haut.

I r’vett’ la guerr’ dins les leunettes ;
I cass’ des pip’s à l’arbalète.
Avec un vieux fusil d’ dins l’ temps,
I tu’ l’ candelle à bout-portant.

I ming’ des frit’s, feum’ des cigares,
S’ fait bousculer dins les bagarres.
I bot des pint’s, s’amusse infin
Comme à l’ ducass’ toute honnêt’ gint.

L’ Tisse est si contint qu’i jubile.
I fait mêm’ la cour à eun’ fill, –
Eun’ tiot’ rouss’lé’, qui n’est pas mal.
Ils s’in vont faire un tour au bal.

Et là ils n’ perd’nt té point eun’ danse.
Batiss’ Boudenne a tout’s les chances :
S’ jonn’ fille all’ danse in n’ peut pas mieux.
Bref, il est tout à fait heureux.

Pour li, ch’est s’ pus biau jour ed’ fiête !
Aussi il adresse eun’ risette
À s’ joli’ danseuss’, chaque instant,
Et s’ pochenn’ sur elle in dansant.

Oui, mais ses galantés manières,
S’ n’air faquin, n’ont pas l’air ed’ plaire
À quelques jonn’s hommes d’ l’indrot
Qui s’ conduit’nt comm’ des maladrots :

Ces jaloux, cha les importune
Qu’un homme, étranger à l’ commune,
Courtise eun’ jonn’ fill’ du pays,
Et, à leu barb’, s’amusse ainsi :

Quatr’ grands paysans s’ form’nt in groupe,
Avec des mains comm’ des escoupes,
Et, dins l’ quadrill’, vont bousculer
Batiss’ Boudenn’, pour l’inchercler.

Boudenn’, qui est aussi fort solite,
Pou s’ dégager i s’ précipite.
Mais i n’ peut point in v’nir à bout ;
I s’ sint serré comme un écrou.

Autant qu’i peut, i tape, i lutte ;
Mais l’ z’aut’s batailleurs, in biêt’s brutes,
À quatr’ contre un, cougn’ tell’mint dur
Qué l’ Tiss’ bourrielle au pied d’un mur.

Il a bintôt l’ nez in compote.
In li déquire es’ bell’ capote,
Puis les dial’s, après c’ vilain tour,
I-impogne’nt el Tisse et l’ fich’nt à l’ cour.

Not’ pauv’ jonne homm’, fourbu, à l’ loque,
D’ rage et débous’mint i suffoque.
Après s’être arposé un peu,
Il arprind l’ grand’ rout’, li tout seu.

Il avanche à pein’ cinquant’ mètes
V’là bin qu’i rinscontr’ Cafougnette !
L’ bon comarat’, toudis gaillard,
Faisot l’ ducasse in père peinard :

« Tiens, qu’i dit Zeph, eh ? queu nouvelle ?
Ah bin ! in va boire eun’ boutelle.
Y a del bonn’ bièr’ là-vo, au coin.
Bé ! qu’est-ce qué t’as, té n’ réponds point ?

In dirot qu’ t’as perdu t’ quinzaine !
Amoute un peu, Batiss’ Boudenne.
Bé t’es plein de cops, té t’as battu ?
Ti, si bon fieu ! Qu’est-c’ qu’il y a eu ? »

Boudenn’ raconte es n’ avinture.
I moutre s’ nez plein d’ boursouflures,
Ses yeux pochés, gonflés, tout noirs.
I-explique el tour qu’i vient d’avoir :

« Ouais, ch’est ainsi ? t’ t’as laissé faire,
Qu’i li dit Zeph, bin queu misère !
Viens m’ les moutrer, ces pal’ferniers !
T’ verras si j’ vas l’ z’arringer !

— Non, n’y vas point, répond Batisse,
Ils vont t’arracher t’ qu’à t’ quemisse.
À quatr’ contre un, té n’y pins’s point ?
Ils vont t’ massacrer à cops d’ poing.

— Acoute, l’ Tiss’, qu’est-ç’ qué t’ racontes ?
Ch’est mi qué j’sus l’ pus fort du monte.
Viens m’ les moutrer, les sal’s mordreux,
Ils vont s’in raller sans un ch’veux !

À l’ port’ du bal, nos gins arbinent.
Boudenne i trann’, comme in l’advine,
In moutrant les mauvais sujets
In train d’ boir’ des verr’s au buffet.

« Mi, dit Boudenn’, jé n’ peux pus m’ battre.
Attintion, Zeph, ils sont à quatre !
— Ah bon, j’ les tiens, les sal’s bafious.
Et n’euch’ point d’ crainte : ej réponds d’ tout.

« J’ n’ai pas eun’ seul’ minute à perte :
Té vos, par el ferniêtte ouverte
J’ vas j’ter les quatr’ grands scélérats…
Va d’ l’autr’ côté, té les compt’ras. »

Boudenn’ fait chu qu’in vient d’ li dire.
Si cha va bin, comme i va rire !
I s’ plach’ din l’ cour, ed l’autr’ côté,
D’us qué s’ ferniêtt’ lanç’ eun’ clarté.

Bintôt, in intind grand tapache.
Dins l’ bal, in fait un tel carnache
Qu’ les cris, les jur’mints claqu’nt dins l’air :
In dirot les diap’s ed l’infer.

Sûr’mint, ch’est l’ combat qui comminche.
Cafougnett’ n’a pas eu d’ patienche.
Tout d’ suite il a tapé dins l’ tas :
I dot là s’ faire un rud’ fracas !

Tout d’un cop, in plein’ batalle,
Un homm’, lancé si fêl’ qu’eun’ balle,
Traverse el ferniêtt’ d’un seul cop :
Brouf ! i va s’ rétindr’ dins l’ rucheau.

« In vl’à toudis un » dit Boudenne…
Mais il ach’vot s’ parole à peine
Qué l’autr’ s’arlévot, tout meurtri,
In s’écriant : « N’ compt’ pus, ch’est mi ! »

Ch’étot l’ vantard ed Cafougnette
Qu’in v’not d’ fair’ dinguer pa l’ ferniêtte !
El pauv’ Boudenne et s’ compagnon
Sont r’partis comm’ deux cueilleux d’ pons.

Extrait du site Cafougnette en ligne

15:28 Écrit par Patryck Froissart dans Chti | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

14/03/2015

Cafougnette, cor toudis...

Cafougnette suit le convoi d’un enterrement. Un de ses amis vient le rejoindre et dit : 
- Alors Cafougnette ! J’ai chu que t’femme, cha n’allot pas tros fort ! Commint qu’all’va ? Et Cafougnette, montrant le corbillard : 
- Comme té vos... Tout duch’mint !

Cafougnette est en train de sculpter une statue de Sainte-Barbe. Un de ses camarades s’approche et le regarde faire. 
- Ch’est du boulot, hein ? 
- Mais nan, innochint, ch’est du quêne !

Cafougnette se rend au commissariat et déclare : 
- Monsieur l’commissaire, em’femme all’ a disparu ! 
- Depuis combien de temps ? 
- Cha va bétôt faire un an ! 
- Et c’est seulement maintenant que vous venez signaler sa disparition ? 
- Bin, j’osos pas l’croire !

Madame Cafougnette va chez le médecin toutes les semaines. 
- Docteur, j’cros qu’min coeur i bat trop vite ! 
- Docteur, j’cros qu’mes boïaux i sont loïés ! 
- Docteur, j’cros que j’vas pas passer l’hiver ! À chaque fois, le médecin la rassure. Puis il ne la voit plus pendant six mois. Un jour, elle réapparaît dans son cabinet. 
- Ah ! Ch’a fait longtimps que je ne vous avais pas vue ! 
- J’n’ai pas pu v’nir ! J’étos malate !

À l’école, l’instituteur demande au petit Cafougnette d’aller au tableau pour corriger un problème : 
- Ton père achète 10 litres de vin à 1,50 le litre. Combien ça lui fait ? 
- Oh, avec min père, cha li fait 2 jours !

 

In savo bin ,qu’in éto intelligin...

Un Marseillais, un Parisien et un Chti découvrent un génie. Le génie leur dit : "jetez n’importe quoi dans l’océan si je le retrouve vous mourrez. Si je ne le retrouve pas vous deviendrez l’homme le plus heureux du monde."

Le Marseillais jette un cure-dent au large du Frioul, le génie le retrouve, le marseillais meurt.

Le parisien jette un clou à la Pointe du Raz, le génie le retrouve, il meurt aussi.

Le Chti (les plus intelligents du monde) jette quelque chose au large de Boulogne sur mer. Le génie cherche, cherche, cherche, recherche et recherche encore. A bout de force, le génie lui demande : "qu’as-tu jeté ?" Le Chti lui répond : "Hé Biloute, te peux toudis cacher , ch’éto un Efferalgan !!!"

13:11 Écrit par Patryck Froissart dans Chti | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |