27/11/2013

Cafougnette à Ostende

Cafougnette à Ostende

Monologue (1927)

I n’ d’a qui n’ont pas d’ chance. Pourquoi ? In sé l’ démande.
L’aut’ jour, quand la « Musique » alle a ‘té à Ostende,
El bon Zeph Cafougnett’, l’homme toudis dévoué,
Comme i portot l’ gross’ caisse, i-a eu s’ voyach’ payé.

Lé vlà dins un hôtel avec un comarate,
Un garchon débrouillard qu’in nommot Touque-à-l’jatte.
Zeph n’ pouvoit mau d’ quitter un homme si dégourdi :
Car li, dins ses voyach’s, y s’infarfoull’ toudis.
Jusqu’à l’heur’ du dîner, tout marchot à mervelle :
D’ boire in sintot déjà récauffer ses orelles.
Cafougnett’, dins la mer, i-avot pris un bain d’ pied
Et fait l’ tour ed’ la plage à qu’vau sur un baudet.
In avoit déjeuné d’eun’ paire ed’ boît’ ed’ moules
Et chuché des crevett’s comm’ des ossiaux à l’ moulle.
In avoit acaté des caracol’s-souv’nirs,
Dins l’prom’nade in barquett’ làché pus d’un soupir.
A ch’ t’ heur’, Zeph et s’ n’ami, face-à-face à l’ même tape,
Décollot’nt el dîner d’un appétit du diape !
Ils avott’nt, Dieu merci, « el pain à discrétion »
Et tous dîneux comm’ euss’s arott’nt runé l’ patron.
Zeph i faisot des jou’s comm’ des énorm’s soufflettes :
Car el gaillard, pou mier, i n’ faut point li-en promette.
Infin, tout i dallot : quand v’là qu’ malheureu’smint
Cafougnette, in mingeant, i-attrape el dévoîmint.
« Viens m’ moutrer d’ù qu’ ch’est l’ cour, qu’i d’mand’ comm’ cha à l’aute :
Ej’ sins m’ vintr’ qui gargoull’. Faut qué j’ vache à l’ culotte ! »
Mais l’autr’ « désivorant », ed’ peur ed’ perdre un plat,
I li répond vagu’mint : « Va tout seu : ch’est par là. »

L’ pauv’ Cafougnette, après avoir ouvert douz’ portes
Et avoir eu chaqu’ fos les sueurs ed’ la morte,
I trouve un cabinet d’ faïence eddins un coin,
Oui, mais ch’t’un cabinet d’eun’ form’ qu’i n’ connot point.
I n’ sait pas, l’ malheureux, qu’i faut abassier l’ planque…
I n’a pus l’ temps, d’ailleurs : i li vient l’ dernièr cranque !
I s’assit d’eun’ fell’té su l’ tro tout grand ouvert.
Brouf ! lé v’là qui s’infonce in j’tant ses gamb’s in l’air !
Sin corps ployé in deux, dins l’ cuvette dégouline,
Comm’ un lapin trop grand qu’in tass’ dins eun’ terrine.
I n’ peut point kaiïr bas, mais i s’infonce assez
Pou qu’ malgré mille efforts, i n’ peuch’ pus s’arléver.
Pus qu’i débat des bras, pus qu’i débat des gambes,
Pus qu’ l’invers dé s’ figure i s’ cal’ eddins l’ bass’-campe !
Lé v’là là bin inch’pé ! Dins s’ malheur, si roupieux !
Sans n’ pus pouvoir bouger, prisonnier li tou seu —
Soulagé d’un côté, mais bin imbêté d’ l’aute,
I reste ainsi planté dins cheull’ pos’ mal commote :
I-a biau crier, hurler, timpêter comme un sourd :
Personn’ n’ l’intind, personn’ n’arriv’ li porter s’cours.
I-est forché dé s’ calmer, puisqu’i n’a point d’avanche.
I s’ dit qué s’ comarate in train d’ s’implir el panche
Va bintôt v’nir, sans dout’, l’ tirer dé s’ position…
Pauv’ Zeph’ ! té n’ mérit’ point eun’ parell’ punition ! —
Il a l’air d’un crapaud-géant dins l’ fond d’ l’ombrache…
Ch’ n’est pourtant pas ainsi qu’i-avot promis l’ voyache !

Touque-à-l’jatte, à l’hôtel, après l’ café-cognac,
El vintr’ bin rassasié, il allume es’ toubac.
Pis, in saquant s’ pipette, i pique es’ pétiot somme,
Contint comm’ pourrot l’être el plus heureux des hommes,
I dort bin tros quarts d’heure ! Infin, l’ garchon d’ café
L’allote in li disant qu’il a assez ronflé.
Touque-à-l’jatte ouvr’ les yeux, et si tôt qui s’ réville,
I sint bin qu’i n’a pus el consciench’ si tranquille.
L’ feurmièr’ du vin passée, i busie à s’ n’ami,
Au bon Zeph Cafougnett’ qui n’est pus là près d’ li…
I s’estampe aussi vit’ qu’i li vient cheull’ pinsée,
Court jusqu’au cabinet in deux tros agambée,
Et là, saisi d’horreur, lé v’là qu’il aperchot
S’ copain, les gamb’s in l’air, comme un bruant su l’ dos :
« Qu’est-c’ qué t’ fais, malheureux ? Bé ! té n’ savos point l’ dire
Qué t’étos chi collé comme eun’ mouq’ dins del chire ?
Et Cafougnett’ répond d’eun’ voix à findre el cœur :
— Bé ! j’sus mate ed crier, et personne i n’acqueurt !
— Alors fallot sonner après l’ garchon, gross’ biête !
Zeph répond, montrant l’ chaîn’ qui berloqu’ d’zeur es’ tiête :
— Bé, j’ai sonné quat’ cops ! Après j’ n’ai pu osu :
Chaque fos qué j’ sonne, in m’ jette un séyau d’iau au Q ! »

Jules Mousseron

14:05 Écrit par Patryck Froissart dans Chti | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

24/11/2013

Cafougnette de Jules Mousseron, poète chti

Cafougnett’, dins s’ jeuness’, manquot parfos d’ conduite.I buvot comme un tro et f’sot des dett’s partout.Un jour, dins un café, i rintr', el gousset vite,I n’avot pus un liard et n’étot point cor saoûl.

 

Des messieurs juott’nt à cart’s, et Cafougnette, bin vite,S’adresse à un gros riche au collet à minous, Un minton à gradins boursouflé d’ graisse à frites :« Eh l’homm’ ! Cha n’ vous f’rot rien dé m’prêter quarant’ sous ? »

 

L’homm’, fier comm’ s’il arot invinté l’ noir’ tablette,Répond à Cafougnett’ dé s’ voix grasse ed’ prélat :« Moi, vous prêter d’ l’argent ? mais je n’ vous connais pas !

 

— Ch’est justémint pou cha, qu’i répond Cafougnette,Qué ch’est à vous surtout qué j’ préfèr’ m’adresser :Tous les cheux qui m’ connott’nt, i n’ veut’nt point m’in prêter ! 

581960_538940159525621_415107492_n.jpg

18:30 Écrit par Patryck Froissart dans Chti | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

02/09/2013

Les bienheureux

Les bienheureux

 

 

A quel point le bonheur d’aimer ou d’être aimé peut-il se conjuguer avec l’acceptation de se soumettre aux exigences de l’autre, voire naître et croître à mesure que ces contraintes se changent en un asservissement s’accompagnant d’humiliations, de brimades, et, à l’extrême, de sévices susceptibles de provoquer la mort ?

 

C’est la question que posent les huit nouvelles de cet angoissant recueil de Patryck Froissart.

 

 

La thématique du plaisir-souffrir est ici sous-tendue par le mythe de la femme fatale, de la sirène, de la Lorelei qui joue de la fascination qu’elle exerce pour précipiter les bateliers contre les rochers où se fracassera leur esquif.

Pour en savoir plus...

Les bienheureux, Patryck Froissart, Ipagination

18:20 Écrit par Patryck Froissart dans Mes ouvrages publiés | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : patryck froissart, les bienheureux, ipagination | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

05/04/2013

Recette de la carbonade flamande

RECETTE DE LA CARBONNADE FLAMANDE (variante) :
Un plat typiquement flamand qu'on retrouve bien sûr un peu partout dans la Région, notamment dans les bons estaminets flamands ! ;-)
- NOTE : Préparée la veille, c'est encore meilleur ! ... à accompagner de frites, bien sûr !
- INGRÉDIENTS (5-6 personnes) : 1,5 kg de collier de bœuf (ou tous morceaux type bourguignon), 3 oignons, 75 cl de bière (de préférence 3 Monts), 2 carottes, 2 cuillères à soupe de farine, 30 g de sucre roux en poudre, 30 cl d'eau, 3 tranches de pain d'épices, 30 g de beurre, moutarde, sel, poivre...
- PRÉPARATION : Dans une cocotte en fonte, faire revenir les oignons dans le beurre. Ajouter sur feu vif les morceaux de boeuf et les faire revenir... Puis ajouter les carottes en rondelles. Quand le tout est bien saisi, mettre la farine et mélanger jusqu'à ce que tout le jus soit absorbé. Saler, poivrer. Ajouter 10 cl d'eau et la moitié de la bière. Mélanger et laisser mijoter doucement. Pendant ce temps, préparer un caramel avec le sucre roux et l'eau, et dés coloration, le verser sur la préparation. Bien mélanger le tout. Mettre une couche de moutarde sur les tranches de pain d'épices puis les déposer sur le dessus. Fermer la cocotte et laissez mijoter à feu doux pendant 2 à 3h. A mi-cuisson ajoutez le restant de bière. Voilà, c'est aussi simple que cela !
Et bien sûr, la Carbonnade est meilleur réchauffée, donc à préparer la veille !
La carbonade flamande
La carbonade flamande

17:01 Écrit par Patryck Froissart dans Chti, Cuisine | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |

27/02/2013

Les poètes morts n'écrivent pas de romans policiers - Björn Larsson

Il y a ordinairement autant de distance entre le roman policier et la poésie qu’entre le jeune Werther et Hercule Poirot… bien qu’il existe des lecteurs prisant tout autant chacun de ces deux genres.

Björn Larsson a osé réunir dans un même livre poésie, crime, enquête policière, réflexions sur la poésie…


Lire la suite sur:


La Cause Littéraire

20:12 Écrit par Patryck Froissart dans Les chroniques de Patryck Froissart | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la cause littéraire; patryck froissart | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | |  Imprimer | Pin it! |